1. Fiches techniques
  2. Savoir faire un bon compost

Savoir faire un bon compost

Ne jetez plus vos épluchures de carottes, de pommes, ni vos coquilles d’œufs, ni votre marc de café, ni vos feuilles mortes, compostez-les ! Vous transformerez ainsi vos déchets en humus naturel, grâce à l’action combinée de bactéries, de champignons et d’insectes. Vous pourrez ainsi utiliser cet engrais naturel, pour votre potager ou lors du rempotage de vos jardinières.

 

 

 

 

Compost

Pour produire un bon compost, 4 règles simples sont à suivre avec attention :

1- Diversifier les déchets

• Variez les apports en mélangeant des déchets riches en azote (épluchures de fruits et de légumes, restes de riz, pâtes, légumes, fleurs et plantes d’intérieur fanées, tontes de gazon ) avec d’autres riches en carbone (coquilles d’œufs concassées, marc et filtres de café, thé en sachet ou en vrac, feuilles mortes, sciure et copeaux de bois ), les organismes décomposeurs bénéficieront d’une nourriture variée propice à leur activité.
• Evitez les végétaux atteints d’une maladie, les déchets de jardins traités chimiquement, les mauvaises herbes montées en graine, les tailles de conifères (thuyas et cupressus) et de laurier palme très coriaces ou uniquement broyés finement.
• Faites attention, à certaines saisons, aux apports trop importants de gazon ou de feuilles mortes, qui risquent de perturber l’équilibre du compost. Préférez un stockage temporaire de ces déchets et une incorporation progressive à votre compost ou valorisez-les par une autre pratique (paillage).

A noter

Tous les déchets ne sont pas compostables : les huiles et graisses, les restes de viandes et poissons, les os et coquillages (sauf s'ils sont concassés), les noyaux, les pelures d'agrumes, les litières d'animaux de compagnie, les couches-culottes, les poussières, les mégots de cigarette, les plastiques, métaux et verre, sables et gravats.

2- Sectionner ou broyer les déchets volumineux
Les déchets volumineux, tels que les tailles de haies et les branchages, peuvent être compostés. Dans ce cas leur coupe ou leur broyage est indispensable afin de faciliter leur dégradation par les micro-organismes et de réduire l’encombrement.

3- Aérer le tas de compost
Comme tous les êtres vivants, les micro-organismes qui assurent la décomposition des déchets de votre compost, ont besoin d’oxygène pour respirer. Il est donc nécessaire de les mélanger régulièrement à l’aide d’une simple fourche. Vous pourrez effectuer ce brassage à chaque apport de nouveaux déchets.

4- Maintenir une humidité suffisante
Le taux d’humidité d’un compost est un facteur important pour le processus de compostage. Dans un tas de compost, l’excès d’humidité (si de l’eau s’écoule) va freiner le processus et entraîne le dégagement d’odeurs désagréables : étalez le au soleil pour faciliter son assèchement. À l’inverse des déchets trop secs vont conduire à la mort des micro-organismes et l’arrêt du processus de décomposition. En cas de période de sécheresse prolongée, arrosez le tas avec de l’eau (de pluie récupérée).